Dans le cadre de sa tournée des intercommunalités du département, Mme la Préfète du Tarn Catherine Ferrier s’est récemment rendue à Réalmont à la rencontre des élus de la Communauté de Communes Centre Tarn. Son souhait était d’échanger librement, ce qui fut le cas tant sur des sujets d’actualité (Covid) que sur des problématiques locales.

Après une présentation succincte du territoire et des compétences exercées, le président M. Cantaloube a indiqué que la Communauté de Communes avait apporté, durant la crise sanitaire, son soutien aux acteurs économiques à hauteur de 106 548 €, tant en aides directes qu’en exonération de loyers.

Mme la Préfète a souligné qu’il fallait être à l’écoute du monde économique pour capter toutes les énergies et contribuer ainsi au développement du territoire. Elle s’est félicité que la Communauté de Communes ait pris la compétence « Jeunesse » et lancé une opération programmée d’amélioration de l’habitat. Selon elle, ce qui contribue aujourd’hui à l’attractivité d’un territoire, au-delà de son cadre de vie et de sa localisation, c’est sa capacité à mettre en oeuvre une politique jeunesse et à offrir des logements de qualité.

Aux inquiétudes exprimées par M. Cantaloube sur les financements de l’Etat dans le cadre des futurs contrats de revitalisation et de transition écologique, elle a souhaité le rassurer tout en précisant qu’une priorité serait donnée aux projets inscrits dans lesdits contrats. Elle a donc invité les élus à saisir cette opportunité, à s’organiser pour contribuer au développement de leur territoire en complémentarité des agglomérations voisines. Les Maires de Laboutarié, Lombers, Réalmont et Terre-de-Bancalié sont intervenus en matière de sécurité routière et ont attiré son attention sur la trop grande vitesse des poids lourds et les nuisances qu’ils occasionnent dans la traversée des bourgs. Consciente des risques, Mme la Préfète a indiqué qu’elle se rapprocherait de la Gendarmerie.

Les derniers échanges ont été consacrés à une situation qui ne cesse de se détériorer : l’accès aux soins. Au manque de médecins désormais bien connu, notamment à Montredon-Labessonnié, s’ajoute celui des infirmiers qui touche aujourd’hui les communes de Fauch et de Terre-de-Bancalié. Mme la Préfète a indiqué qu’elle interviendrait auprès de l’Agence Régionale de Santé, en esquissant une piste : la médecine en exercice partagé ville/hôpital ou encore l’exercice salairié qui nécessiterait toutefois la création d’un centre de santé à l’initiative des collectivités.